Wednesday, January 18, 2012

'TÊTU' Magazine Interview

"Remember that you can translate into a different language with the 'translate' button on the right column"

(Interview received for davidjamesgandy.com 
via email from a french reader) 

David Gandy is interviewed in TÊTU Magazine #174  February 2012

L’Anglais David Gandy, découvert à l’occasion de la publicité Dolce & Gabbana pour le lancement du parfum Light Blue devant l’objectif de Mario Testino, est aujourd’hui l’une des grandes stars du mannequinat. Entretien avec un beau brun aux yeux clairs qui a toujours envie de donner le meilleour de lui-même, devant l’objectif comme lorsqu’il s’engage pour une association humanitaire ou qu’il écrit son blog…

Comment tout à commencé ?

Ma carrière a démarré il y a dix ans. J’ai participé à une compétition de mannequins un peu par hasard. Et je l’ai gagnée! Je venais de finir l’université et souhaitais découvrir cet univers.
D’après vous, quelles sont les particularités physiques qui vous ont permis de recontrer le succès ?
Je crois que n’importe quel autre mannequin homme aurait pu et peut avoir ce succès. Il n’y pas une caractéristique physique particulière permettant de réussir. C’est un tout, bien sûr.

Vos secrets de beauté ?

Mon corps est loin de la perfection et plus je vieillis, plus il est compliqué de me maintenir en forme. Je devrais aller quatre ou cinq fois par semaine à la salle de gym, mais c’est impossible puisque je voyage ou travaille tout le temps. Cette année, j’ai couru le marathon de Londres pour Oxfam, ce qui a nécessité un programme d’entraînement très différent. J’essaie de marger bio, mais pour être honnête, je mange de tout. J’essaie simplement d’èviter le gras et les plats cuisinés. 

Vous avec déclaré au London Sunday Times que vous aimeriez faire évoluer les différences de rémunération entre les hommes et les femmes dans votre métier…

Je pense que nous avons presque réussi. Toutefois les hommes ne gagneront jamais autant que les femmes dans cette industrie.

Que détestez-vous le plus dans l’industrie de a mode et le mannequinat ?

Je ne supporte pas les clichés et les stéréotypes que les gens ont sur le mode et sur les mannequins.

Qu’aimez-vous le plus ?

J’aime que chaque jour soit différent. C’est un métier très excitant et très imprévisible.

Quel est votre meilleur souvenir ?

Lors de la première campagne Light Blue de D&G parfums, l’équipe, à commencer par Mario Testino, a été amenée à Capri depuis Naples en speed boat très tôt le matin. À ce moment-là, j’ai eu la sensation que j’avais enfin réalisé mes objectifs en travaillant avec la meilleure équipe créative pour la meilleure marque du monde.

Le pire ?

Deux semaines avant le tournage, quelqu’un a refermé accidentellement une porte sur moi, je me la suis prise dans le visage et mon nez s’est cassé. J’ai eu un cocard, des égratignures… Heureusement, je cicatrise vite !

La photographie est-elle une de vos passions ?

J’ai un peu étudié, mais pas la photo de mode. Je préfère les paysages, les portraits, les animaux même! Il y a deux ans, j’ai suivi les gorilles en Ouganda. J’ai aussi eu la chance de prendre des photos dans la forêt amazonienne, en Alaska et en Afrique.

Quel autre travail pourriez-vous faire après votre carrière de mannequin ?

N’importe qui peut réussir dans ce qu’il entreprend. Et on peut rester mannequin et avoir du succès après 45 ans !

Quels sont vos photographes préférés ?

Mario Testino et Mariano Vivanco semblent être ceux qui réussissent à tirer le meilleur de moi en photo.

Vous tenez un blog pour le Voque et GQ américains. Qu’est-ce qui vous intéresse dans l’écrituré ?

J’aime beaucoup écrire, mais c’est difficile pour moi car je me mets beaucoup de pression pour que cela soit sympathique à lire tout en essayant d’impliquer les lecteurs réguliers dans ce que je raconte. Il est important d’ouvrir les coulisses de la mode au plus grand nombre de personnes. C’est ce que j’essaie de faire. Cela dit, la plupart du temps, mes articles parlent de lifestyle et pas de mode.

La nudité masculine a l’air d’être tendance en ce moment…

En effet, il y a dix ans, il était très rare de voir un home nu ou torse nu en photo. Cependant il y a vingt-cinq ans c’était beaucoup plus commun. C’est "le" truc dans la mode : les choses reviennent continuellement et on dit… "c’est à la mode!" 

Êtes-vous conscient de plaire aux gays ?

Ce qui me plait, c’est de plaire à tout le monde quels que soient le sexe, l’âge ou la sexualité.

Êtes-vous capable de dire qu’un homme est beau on êtes-vous indifférent à la beauté masculine? 

Je remarque la beauté d’un homme, bien sûr ! Cependant, ce n’est pas toujours la beauté qui compte le plus dans la mode. Certains garçons ont une apparence unique, rare et superbe que je sais apprécier.

Quel sont les conseils que vous donnez aux nouveaux mannequins ?

C’est impossible de donner un conseil, car il n’y a pas qu’une seule façon de réussir. D’autant que dans l’industrie de la mode, vous pouvez être repéré dans la rue et être sur une énorme campagne de publicité le lendemain. Malgré tout, un petit conseil : il faut savoir rester humble, ne pas croire que l’on est arrivé et toujours être reconnaissant. 

0 comments:

Post a Comment